Pour faire face au COVID-19, la communauté des droits humains doit d'abord protéger ses propres travailleurs

La crise du COVID-19 devrait être un signal d'alarme pour la société civile afin de renforcer les mesures de protection sociale dans notre propre secteur



JuanJo Martín/EFE


Alors qu'une grande partie du monde lutte pour faire face aux conséquences sanitaires de la pandémie mondiale de COVID-19, une attention accrue est désormais accordée aux retombées économiques de la crise, notamment à son impact profond sur les taux de chômage et les droits des travailleurs. Ces dernières semaines n'ont pas ressemblé à ce que nous avons connu ou pu imaginer. Partout dans le monde, la pandémie n'a pas seulement changé nos habitudes quotidiennes, elle a modifié des systèmes entiers de vie et de travail que nous avions supposés indispensables à la société moderne.

En effet, la menace du chômage représente la principale source de stress et de malaise pour des dizaines de millions de personnes, y compris celles qui travaillent dans la communauté des droits humains. Dans les conversations que CIVICUS a eues avec ses partenaires, les travailleurs de la société civile étaient plus nombreux à craindre de perdre leur emploi que de contracter le virus. Ces inquiétudes ne sont pas injustifiées : l'activité économique dans le monde entier est en chute libre, et 80 % de la main-d'œuvre mondiale a vu son lieu de travail totalement ou partiellement fermé. L'OIT (Organisation internationale du travail) prévoit que jusqu'à 1,6 milliard de travailleurs de l'économie informelle vont perdre leurs moyens de subsistance. Et aux États-Unis, des manifestations anti-confinement à motivation politique ont coopté le langage des droits humains, plaidant pour le "droit du retour au travail" en dépit des appels internationaux à la distanciation physique et des appels à rester chez soi de la part des communautés médicales locales submergées.

Si les organisations de défense des droits humains luttent contre ces inégalités mondiales, leurs travailleurs n'ont pas été épargnés par ces conséquences.

Ces préoccupations ne devraient pas être une surprise. Le COVID-19 a exacerbé des inégalités multiples de classe, de race, de sexe et géographiques qui étaient déjà très marquées ; la main-d'œuvre informelle, indépendante et non salariée étant la plus touchée sur le plan économique. Alors que de nombreux travailleurs salariés ont pu faire des réserves de nourriture et travailler à domicile grâce à des connexions internet rapides, d'autres familles n'ont pu disposer que d'un jour ou deux d'argent liquide pour s'approvisionner en produits de première nécessité. Au Venezuela, par exemple, les travailleurs journaliers ont admis qu'ils ne peuvent pas rester à la maison comme on le leur a ordonné, car s'ils ne sortent pas travailler tous les jours, leurs familles ne mangeront pas. En Inde, des travailleurs tout aussi démunis ont été battus par la police pour avoir enfreint les ordres de rester à la maison. D'autres travailleurs, en particulier les entrepreneurs et les travailleurs temporaires, ont vu leurs moyens de subsistance littéralement disparaître du jour au lendemain.

Si les organisations de défense des droits humains luttent contre ces inégalités mondiales, leurs travailleurs n'ont pas été épargnés par ces conséquences. En fait, en raison de la nature volatile des demandes de financement et des subventions basées sur des projets dans le monde des ONG, les travailleurs de la société civile se retrouvent souvent dans des contrats temporaires avec peu de sécurité d'emploi. Il y a également des implications sexo-spécifiques dans ce domaine : 70% des travailleurs de la société civile sont des femmes, et lorsque des coupes budgétaires se produisent, les premiers membres du personnel à partir sont généralement des femmes issues de minorités raciales au bas de la hiérarchie organisationnelle.

Presque du jour au lendemain, nous nous sommes soudainement retrouvés, en tant que communauté des droits humains, dans une situation où nous ne sommes pas prêts à protéger les travailleurs. Les contrats risquent d'être éliminés ou non renouvelés, les travailleurs sont licenciés et, dans certains cas, les fonds ont été soudainement réaffectés sans préavis, ce qui a obligé les organisations à envisager des licenciements ou à fermer complètement leurs portes. Il s'avère que la communauté des droits humains est très douée pour tenir les autres responsables, et pas toujours autant pour se tenir elle-même responsable, en particulier lorsqu'il s'agit des droits des travailleurs.

Comment en sommes-nous arrivés là ? L'un des principaux problèmes est le manque de souplesse du financement, un problème qui est loin d'être nouveau dans ce secteur. Le financement basé sur des projets ne permet pas une réaffectation flexible des ressources pour prolonger les contrats ou continuer à payer les travailleurs qui ne peuvent pas se déplacer, comme cela s'est produit dans cette crise. Un autre problème est la dépendance du secteur vis-à-vis des entrepreneurs plutôt que des employés à temps plein qui ont droit à des avantages, comme les congés maladie. La société civile dépend aussi fortement de la main-d'œuvre féminine, et les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie en raison des normes sexo-spécifiques de la responsabilité de prendre soin de sa famille - mais beaucoup n'ont pas accès aux protections sociales qui tiennent compte de ces impacts sexo-spécifiques.

En réponse à cette crise sans précédent, CIVICUS a lancé un protocole de sécurité sociale pour la société civile. Ce protocole en six points, basé sur le cadre politique de l'OIT pour lutter contre le COVID-19, fournit un modèle commun aux groupes de la société civile pour délibérer de mesures spécifiques au contexte et adopter des actions réalisables dans un délai déterminé et de manière transparente.

Les mesures proposées comprennent :

  1. Des systèmes permettant d'assurer la distanciation physique et autres précautions ;
  2. Un soutien aux tests de COVID-19 et aux traitements connexes ;
  3. Une protection des emplois et des salaires pendant toute la période de confinement et d'escalade du COVID-19 ;
  4. Une flexibilité et un soutien pour les responsabilités liées au domicile et aux soins ;
  5. L'extension de notre communauté de soins à nos collaborateurs et à nos membres ;
  6. Agir en solidarité avec les travailleurs et les autres communautés vulnérables.

Lorsque nous avons lancé ce protocole, ce qui est devenu immédiatement évident, c'est la rapidité avec laquelle les organisations locales de base du Sud ont soutenu ces mesures et se sont immédiatement engagées à soutenir leur personnel en acceptant d'adopter des mesures de protection sociale adaptées au contexte. Ce qui est peut-être encore plus frappant dans la liste des organisations signataires de ce protocole, c'est la flagrante absence de grandes institutions basées dans le Nord.

Mais ce n'est pas pour rien que les petites organisations locales ont pu réagir rapidement face à cette crise : il y a moins de formalités administratives, moins d'exigences bureaucratiques et elles n'ont pas été paralysées par une main-d'œuvre ne pouvant plus voyager à l'étranger. Peut-être cette crise nous montrera-t-elle que nous n'avons pas toujours besoin d'organisations massives avec leurs budgets tout aussi importants pour obtenir des résultats concrets. Peut-être la société civile apprendra-t-elle enfin que la santé de nos travailleurs - y compris leur santé mentale - est essentielle à notre propre survie, en tant que secteur.

Cette crise devrait être un signal d'alarme pour nous tous, dans la société civile, afin de renforcer les mesures de protection sociale dans notre propre secteur. C'est le moment de changer notre façon de travailler et de protéger les nôtres, afin qu'ils puissent aller protéger les autres.

 

ORIGINALLY PUBLISHED: May 20, 2020

Lysa John est la Secrétaire Générale de CIVICUS.


 

COMMENTS