S’attaquer au racisme systémique à l'échelle mondiale

Les injustices subies par les communautés pauvres et les communautés de couleur à travers le monde ne seront pas corrigées par de simples changements superficiels de politiques, mais nécessiteront une restructuration radicale des systèmes qui ont été construits au fil des siècles.




L'indignation suscitée par les récents meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Aubrey aux États-Unis et les manifestations massives à l'échelle nationale ainsi que les actions de solidarité à travers le monde ont imposé un débat mondial sur le racisme systémique et la violence de l’État.

Ces événements récents font partie d'un modèle brutal et bien documenté de racisme systémique et de mépris pour la vie des Noirs aux États-Unis, où les communautés noires ont longtemps souffert de la violence de l'État à travers l'esclavage, la ségrégation légale, la brutalité policière et l'incarcération de masse.

Cependant, la violence raciste systémique et la discrimination ethnique ne sont pas des phénomènes propres aux États-Unis. Au cours des quatre premiers mois de 2020, selon ses propres archives, la police brésilienne à Rio de Janeiro a tué à elle seule 606 personnes, dont les trois quarts étaient des jeunes hommes noirs des favelas. En Palestine, l’usage excessif de la force par Israël et la politique de «tirer pour tuer» contre les Palestiniens persistent, récemment manifestés par le meurtre du jeune Iyad Hallaq et autres. En Afrique du Sud, les habitants noirs des habitations urbaines informelles font face aux vestiges de l'apartheid, car leurs dirigeants sont fréquemment tués lorsqu'ils tentent de mobiliser leurs communautés. Au Guatemala, le guérisseur maya Domingo Choc a été accusé de sorcellerie, torturé et brûlé vif par une foule.

Le racisme systémique et la violence de l’'État sont intimement liés et mutuellement renforcés par le capitalisme. Ainsi, lors de l'examen et de la critique de la violence raciste systémique, il est essentiel d'examiner et de critiquer les causes structurelles de la pauvreté et de la dépossession. Il est essentiel d'examiner le système économique dominant et à qui il sert.

Historiquement, le racisme a été un outil de contrôle et a des racines profondes dans le colonialisme et l'impérialisme. Le racisme a joué un rôle essentiel en permettant aux petites élites de rester au pouvoir grâce à une «tactique de division mieux régner» visant à diviser les communautés noires, brunes, autochtones et blanches dépossédées. De même, il soutient un discours qui dépeint les communautés de couleur et les communautés pauvres comme criminelles, paresseuses, moralement dégénérées et en fin de compte responsables de leur propre marginalisation et pauvreté.

Les campagnes de diffamation et de dénigrement sont des tactiques bien connues utilisées contre ceux qui osent contester les structures de pouvoir existantes, qu'il s'agisse d'activistes autochtones criminalisés et stigmatisés comme «anti-développement» pour avoir résisté aux mégaprojets et aux agressions relatives au développement à travers le monde, de militants étant qualifiés de terroristes aux Philippines, ou de défenseuses des droits humains en Amérique centrale défiant les structures patriarcales dont la réputation est ternie. Ces discours justifient le recours à la violence étatique, incarnée et mise en œuvre par la police et l'armée.

Le recours à la violence étatique est intimement lié à des modèles plus larges d'exclusion systémique et de dépossession. Dans de nombreuses communautés pauvres et de couleur à travers le monde, l'État n'est présent que par la violence. Cela a été mis en évidence par la pandémie de la COVID-19. Partout dans le monde, les communautés pauvres sont touchées de manière disproportionnée par la COVID-19 en raison des disparités préexistantes en matière de richesses, d'accès aux soins de santé et de l'absence généralisée de l'État en termes de respect des obligations en matière de droits humains, y compris des droits économiques, sociaux et culturels. Il s’agit là des communautés touchées par la violence étatique.

Dans le même temps, la violence d'État est un moyen de protéger les intérêts de l'élite. Les membres du Réseau-DESC ont mis en évidence une tendance mondiale omniprésente à l’emprise de l'État et de ses institutions par une petite élite commerciale qui exerce une influence indue sur les institutions démocratiques et judiciaires au détriment des droits humains et de l'environnement. Lorsque les États servent une petite élite corporative, les compétences violentes de l'État sont également à la disposition des intérêts de ces élites.

Cela montre l'existence d'une économie politique de la violence, où ceux qui bénéficient du capitalisme et ceux qui en subissent les conséquences sont les mêmes personnes qui bénéficient de et subissent les conséquences du racisme et de la violence de l’État.

L'économie politique de la violence est évidente chaque fois que des communautés dépossédées et appauvries osent protester contre leurs conditions, exigeant un avenir pour leurs enfants, et sont confrontées à la diffamation, aux menaces et au meurtre. De même, le modèle extractif actuel - avec un appétit insatiable pour les ressources naturelles et l'accumulation de richesses - est un facteur clé de conflit, de dépossession violente et de violence indirecte du changement climatique affectant de manière disproportionnée les pauvres et les marginalisés.

Comprendre l'économie politique de la violence signifie comprendre comment nos systèmes économiques et politiques dominants sont nés de la dépossession et du génocide, s'appuient sur la brutalité policière et militaire pour entretenir des inégalités massives et un impérialisme continu, et finalement générer de la violence à tous les niveaux.

Les injustices subies par les communautés pauvres et les communautés de couleur du monde entier ne seront pas corrigées par de simples changements superficiels de politiques, mais exigeront une restructuration radicale des systèmes qui ont été construits au fil des siècles. Pour véritablement aborder l'économie politique de la violence et les injustices structurelles qu'elle entretient, nous devons approfondir la solidarité au sein de nos luttes et formuler des revendications inclusives de changement systémique, en nous rassemblant à travers les divisions souvent renforcées et manipulées par une petite élite qui tire profit des systèmes actuels.

À cette fin, par le biais de la Charte commune pour une lutte collective, les membres du Réseau DESC sous la forme de mouvements d'ascendance africaine, de paysans, de citadins pauvres et de peuples autochtones commencent à identifier les points d'unité émergents en examinant les conditions communes ou les injustices systémiques auxquelles les communautés sont confrontées dans chaque région en raison des héritages du colonialisme, de l'impérialisme et du système capitaliste dominant. Ce processus s'est récemment poursuivi par un appel mondial à l'action face à la pandémie en cours, renforçant la nécessité d'une «nouvelle normalité» d'alternatives systémiques, guidées par des mouvements et des communautés résistantes, pour faire des droits humains et de la justice sociale une réalité pour tous.

 

ORIGINALLY PUBLISHED: October 16, 2020

Cristina “Tinay” Palabay (Philippines) est secrétaire général de Karapatan Alliance for the advancement of people’s rights. Elle est également membre du conseil régional du Forum Asie-Pacifique sur les femmes, le droit et le développement.

Francisco Mateo Rocael Morales (Guatemala) est coordinateur général du Consejo de Pueblos Wuxthaj et du Consejo de Dirección del Consejo del Pueblo Maya -CPO-. Il a été président du conseil international du Réseau-DESC. Il est membre de la coordination provisoire du Movimiento de los Afectados por Represas en Latinoamérica -MAR-.

Miguel Martín Zumalacárregui est chef du bureau bruxellois de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et conseiller en droits humains auprès de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains.

Ruben Kondrup, est le coordinateur de la solidarité et de l'adhésion au Réseau-DESC.


 

COMMENTS
Stay connected! Join our weekly newsletter to stay up-to-date on our newest content.  SUBSCRIBE